Le PUE : c’est quoi ?

Le PUE est un indicateur mis au point par le Gren Grid pour mesurer l’efficacité énergétique d’un datacenter. Il est calculé en divisant le total de l’énergie consommée par le datacenter par le total de l’énergie utilisée par les équipements informatiques (serveur, stockage, réseau). En moyenne les datacenter francais ont un PUE de 2,5 ce qui signifie que pour 1 Watt consommé par l’informatique, il en faut 2,5 Watt à l’entrée du datacenter.

Sans être un indicateur suffisant pour déterminer l’efficience d’un datacenter, il n’en demeure pas moins un indicateur universellement reconnu.

 

Faut-il choisir entre disponibilité du datacenter et PUE ?

Dès lors que les équipements informatiques sont hébergés dans un datacenter, celui-ci dispose par essence d’une infrastructure complexe (onduleurs, batteries, groupes électrogènes,climatisations…) destinée à maximiser le taux de disponibilité des équipements qu’il héberge. La norme TIER définie par l’UPTIME Institute classifie les datacenters de 1 à 4. Pour faire simple, les datacenters de type TIER 1 disposent d’une seule chaine électrique alors que les datacenters de type TIER 4 disposent de 2 chaines électriques en redondance totale. Par voie de conséquence ces derniers assurent une disponibilité statistique de 99,995% soit une indisponibilité de 0,5 heure par an contre 99,671 % et 28,8 heures d’indisponibilité statistique annuelle pour ceux de type TIER 1.

A l’heure ou le fonctionnement de chaque entreprise est de plus en plus dépendant de l’informatique, la tendance actuelle est de privilégier des datacenters avec le niveau de TIER le plus élevé. Sans rentrer dans le débat de la légitimité de cet indice, on constatera tout au moins que l’on attend un taux de disponibilité de plus en plus important.

Par voie de conséquence, ce type de datacenter suppose une infrastructure plus importante qui augmente logiquement le PUE. Ceci est d’autant plus vrai qu’une architecture classique de type TIER 4 implique de répartir la charge entre les sources de production électrique. Ceci conduit les onduleurs à être chargés autour de 40% et donc moins efficients que dans leur plage de fonctionnement de prédilection située autour de 80%. Ces derniers ayant un moins bon rendement, ils contribuent à dégrader encore le PUE.
Il est donc plus facile d’avoir un bon PUE avec un faible niveau de TIER et l’on voit bien que cette indicateur, certes pertinent du strict point de vue écologique, n’en est pas moins insuffisant.

Comme il ne se passe pas un mois depuis le début de l’année sans une nouvelle annonce d’un PUE record (ADC, Microsoft…), il conviendrait, pour plus de pertinence, que ceux-ci affichent leur niveau de TIER ou le taux de disponibilité statistique du site. On peut toujours rêver …